00

Aucun produit

Livraison gratuite !Livraison
£0.00

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier.Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits: 
Frais de port: Livraison gratuite !: 
Taxes£0.00
Total: 
Continuer mes achatsCommander

Une simple carence en vitamine C localisée pourrait-elle vous provoquer une crise cardiaque ?

Au cours du siècle dernier, des articles scientifiques ont continué à affluer, montrant qu'il existe de très nombreux facteurs de risque de maladie cardiaque, tels qu'un taux de cholestérol élevé, une pression artérielle élevée, le diabète, etc.

Une simple carence en vitamine C localisée pourrait-elle vous provoquer une crise cardiaque ?

Updated on

Par le Dr Levy (docteur en médecine)

Au cours du siècle dernier, des articles scientifiques ont continué à affluer, montrant qu'il existe de très nombreux facteurs de risque de maladie cardiaque, tels qu'un taux de cholestérol élevé, une pression artérielle élevée, le diabète, etc. Il ne fait aucun doute que ces facteurs de risque sont clairement associés aux maladies cardiaques et, s’ils ne sont pas contrôlés, semblent en accélérer le développement. Cependant, la « cardiologie préventive » est en passe de devenir le nouveau médicament pour la santé cardiaque et le Dr Levy explique pourquoi la vitamine C est à nouveau sous les projecteurs…

Nouveau point de vue sur l'athérosclérose

Ces dernières années, le monde de la cardiologie semble désormais avoir collectivement compris et accepté que l'athérosclérose coronaire (rétrécissement et blocages artériels) se développe rarement en l'absence d'inflammation de la paroi artérielle coronaire. Le raisonnement est désormais le suivant : « Vos artères coronaires souffrent d'inflammation chronique et nous devons minimiser cette inflammation du mieux que nous pouvons. » L'inflammation de la muqueuse des artères coronaires est à l'origine de nombreuses atteintes de l'athérosclérose coronarienne, qui aboutissent à des lésions partiellement obstructives, à la formation aiguë d'un caillot sanguin obstructif et à la crise cardiaque qui en résulte. On pense actuellement que la présence de bactéries buccales pathogènes, de toxines et d'une carence en vitamine C est impliquée dans un tel événement coronaire.

Scorbut artériel coronaire localisé (déficit localisé en vitamine C)

Normalement, la vitamine C est présente littéralement partout dans le corps, à l'intérieur comme à l'extérieur des cellules. Tous les organes en contiennent et en ont besoin pour fonctionner correctement et de manière optimale. La plupart des gens, y compris les professionnels de la santé, ne voient le scorbut que comme une grave carence en vitamine C dans tout le corps, rare dans le monde moderne. Dans l'ensemble, c'est essentiellement correct. Cependant, le scorbut survient également lorsque la vitamine C est gravement appauvrie dans un tissu ou un organe alors que le reste du corps en contient des quantités suffisantes. C'est ce qu'on appelle le scorbut localisé - qui existe souvent chez les personnes qui semblent être en parfaite santé. Or là où il y a scorbut localisé, il y a inflammation localisée…

L'inflammation tend à être inexistante là où il n'y a pas de déficit en vitamine C. En effet, l'inflammation entraîne une augmentation du stress oxydatif (pro-oxydation) et une telle augmentation du stress oxydatif ne peut exister si une quantité suffisante de vitamine C (antioxydante) est présente au même moment. Ainsi, tout facteur augmentant le stress oxydatif consomme une quantité proportionnée de vitamine C et toute diminution de l'apport continu en vitamine C dans une zone du corps permet au stress oxydatif de ne pas être atténué, ce qui permet l'apparition de signes d'une carence en vitamine C (et donc de scorbut localisé) qu'on peut déceler cliniquement et en laboratoire.

Infections et inflammation des parois des artères coronaires

Alors, pourquoi y a-t-il toujours une inflammation et un état de scorbut localisé dans les parois artérielles coronaires ? La seule cause banale de carence sévère en vitamine C dans l’artère coronaire est l'implantation d'agents pathogènes qui y consomment métaboliquement (oxydent) la totalité ou la quasi-totalité de la vitamine C normalement présente. Lorsque cela se produit de manière chronique, il en résulte une inflammation chronique.

Si une infection de courte durée est présente ailleurs dans le corps et ne libère des agents pathogènes dans le sang que de manière transitoire, l'inflammation peut apparaître et disparaître, laissant les niveaux de vitamine C se rétablir entre-temps. En revanche, lorsque l'apport d'agents pathogènes dans le sang est continu, l'inflammation persiste. Cette inflammation se transforme alors en maladie, lorsque les macrophages et d'autres agents du système immunitaire pénètrent dans la zone enflammée de l'artère coronaire et tentent de « remédier » de manière continue à l'ensemencement (propagation) incessant d'agents pathogènes. L'augmentation du stress oxydatif due à la libération d'espèces réactives de l'oxygène par les globules blancs résultant de l'inflammation chronique en l'absence de vitamine C est le déclencheur et le principal propagateur du processus athérosclérotique. L’ensemencement bactérien est la raison précise pour laquelle l’inflammation « commence » dans l’artère coronaire malade. La colonisation infectieuse / pathogène consomme toujours des réserves locales d'antioxydants (vitamine C) et il en résulte une inflammation.

D'où viennent ces agents pathogènes ?

Depuis quelques années, la littérature en cardiologie et en médecine dentaire a établi que la maladie parodontale chronique (gencives infectées) est clairement « associée » à une augmentation de la coronaropathie. Bien que cela soit vrai, il est enfin en train de devenir évident que cette « association  » joue réellement un rôle de cause à effet. En l'occurrence, ces pathogènes buccaux provoquent directement l'athérosclérose. Plusieurs études révèlent désormais que les parois des vaisseaux sanguins et les plaques d’athérosclérose contiennent le même éventail d'agents pathogènes que ceux que l'on trouve dans les gencives infectées. En outre, une concentration beaucoup plus élevée de ces agents pathogènes a été décelée dans les caillots sanguins qui bloquent l'artère coronaire et provoquent une crise cardiaque.

Ensemencement bactérien dans le canal radiculaire

Un traitement du canal radiculaire est utilisé en dentisterie pour restaurer des dents généralement très douloureuses et gravement infectées dans un état mécaniquement sain, exempt d'infection et de douleur. Cependant, la littérature démontre à présent clairement que les bactéries résiduelles restent toujours dans les canaux secondaires, les tubules dentinaires ou les restes de tissu pulpaire. Les tubules dentinaires microscopiques hébergent alors tous les agents pathogènes présents indéfiniment, produisant généralement un apport constant en toxines extrêmement puissantes qui s'infiltrent dans la circulation en même temps que les agents pathogènes. Des études récentes ont établi de manière convaincante le lien entre les dents dont le canal radiculaire a été traité et les maladies coronariennes. En 2009, même le Journal de l'American Dental Association a rapporté que les personnes ayant des dents dont le canal radiculaire avait été traité étaient davantage atteintes de coronaropathie que celles sans dents dont le canal radiculaire avait été traité.

Ensemencement bactérien associé aux maladies des gencives

Il a été établi que la parodontite apicale, une forme avancée de maladie des gencives qui partage les mêmes profils pathogènes que ceux observés dans les dents dont le canal radiculaire a été traité, ensemençait ces mêmes agents pathogènes directement dans la paroi artérielle coronaire, la plaque d’athérosclérose et les caillots qui se forment de manière aiguë pour provoquer une obstruction des artères coronaires et une crise cardiaque. En outre, des études ont maintenant démontré le rôle important que jouent les toxines libérées par ces agents pathogènes dans l’évolution de l’athérosclérose menant à une crise cardiaque.

Autres sources d'ensemencement bactérien

Les pathogènes buccaux sont à l’origine de plus de 90 % des crises cardiaques alors que probablement moins de 5 % des cardiologues et autres médecins sont même au courant qu'ils doivent évaluer la présence de ce facteur. L'infection chronique des dents dont le canal radiculaire a été traité est la source de l'inflammation coronaire pour la plupart des patients victimes de crise cardiaque, probablement dans 70 % des cas environ. Les maladies chroniques des gencives représentent probablement 20 à 25 % de cas supplémentaires. Les autres cas proviennent d'autres sources non identifiées semant dans le sang des agents pathogènes, comme des amygdales infectées ou peut-être même un intestin atteint de constipation chronique où des agents pathogènes prolifèrent.

Prévention des maladies cardiaques

Un patient victime d'une crise cardiaque n'est PAS simplement malchanceux. Au contraire, il existe une probabilité écrasante que le patient atteint d'une crise cardiaque soit victime d'un approvisionnement constant en agents pathogènes oraux et en toxines provenant de dents dont le canal radiculaire a été traité et / ou de gencives infectées de manière chronique. En fin de compte, même si personne n’a envie de s'asseoir dans le fauteuil du dentiste, éviter les soins et les interventions appropriés peut entraîner une vie en bien moins bonne santé et beaucoup plus courte. Le Dr Levy suggère que chaque cardiologue doit comprendre le rôle joué par les maladies des gencives et les avantages thérapeutiques du traitement liposomal à base de vitamine C. Une source de vitamine C liposomale de bonne qualité est fabriquée par LivOn Labs sous la marque Altrient.

Veuillez noter - Cet article a été créé et édité par Susie Debice, chercheuse en sciences de l'alimentation, à partir d'extraits de l'article intitulé "The number one cause for 90 percent of all heart attacks" (La principale cause de 90 % des crises cardiaques) du Dr Levy (docteur en médecine).

Bibliographie

  • Haraszthy et al. (2000) Identification of periodontal pathogens in atheromatous plaques. Journal of Periodontology 71: 1554-1560. PMID: 11063387

  • Mattila et al. (2005) Dental infections and cardiovascular disease: a review. Journal of Periodontology 76: 2085-2088. PMID: 16277580

  • Caplan et al. (2006) Lesions of endodontic origin and risk of coronary artery disease. Journal of Dental Research 85: 996-1000. PMID: 17062738

  • Caplan et al. (2009) The relationship between self-reported history of endodontic therapy and coronary artery disease in the Atherosclerosis Risk in Communities Study. Journal of the American Dental Association 140:1004-1012. PMID: 19654253

  • Willershausen et al. (2014) Association between chronic periodontal and apical inflammation and acute myocardial infarction. Odontologie 102: 297-302. PMID: 23604464

  • Ott et al. (2006) Detection of diverse bacterial signatures in atherosclerotic lesions of patients with coronary artery disease. Circulation 113: 929-937. PMID: 16490835

  • Pessi et al. (2013) Bacterial signatures in thrombus aspirates of patients with myocardial infarction. Circulation 127: 1219-1228. PMID: 23418311

  • Levy, T. (2001) Optimal Nutrition for Optimal Health. New York, NY: McGraw-Hill Publishing

  • http://healthimpactnews.com/2013/sweden-becomes-first-western-nation-to-reject-low-fat-diet-dogma-in-favor-of-low-carb-high-fat-nutrition/